SRED-indicateurs

Liens utiles vers le SRED (Service de la recherche en education et développement)

indicateurs du décrochage scolaire:

Les indicateurs du décrochage de la formation rendent compte des interruptions prématurées de formation durant le secondaire II à Genève.

Ces indicateurs sont élaborés par le Service de la recherche en éducation (SRED) en collaboration avec l’Office pour l’orientation, la formation professionnelle et continue (OFPC), la Direction générale de l’enseignement secondaire II (DGESII) et le Conseil interprofessionnel pour la formation (CIF), dans le cadre de l’Observatoire du décrochage scolaire rattaché à la commission d’encouragement à la qualification et à l’intégration professionnelle (EQIP).

Six indicateurs traitent du décrochage depuis l’interruption jusqu’au retour en formation. Après avoir dénombré les ruptures au cours d’une année scolaire (indicateur 1), ils s’intéressent à la reprise d’une formation : passage par CAP Formations (2), durée du décrochage avant la prise en charge (3), taux de retour en formation (4), durée totale du décrochage (5) et enfin, taux de maintien en formation après la reprise (6).

Les indicateurs sont présentés sur le site internet dans une version courte qui montre l’évolution des tendances à partir de l’année scolaire 2015-2016.

Une version plus détaillée est également téléchargeable et comprend des développements, notamment en fonction du profil social des jeunes et de leur parcours de formation.

Synthèse des tendances pour cette nouvelle édition

  • Le taux de décrochage (environ 4%) est en baisse par rapport aux deux années précédentes, surtout pour les élèves mineurs, en raison de l’introduction progressive de la formation obligatoire jusqu’à 18 ans (indicateurs 1).
  • Depuis 3 ans les jeunes décrocheurs se dirigent un peu plus souvent et un peu plus rapidement vers CAP Formations (indicateur 2).
  • La moitié des jeunes qui passent par CAP Formations le font dans les 4 mois qui suivent l’interruption de leur formation (indicateur 3).
  • Environ 70% des jeunes qui suivent le programme de CAP Formations reprennent une formation. Ce taux reste globalement stable sur 3 ans, malgré quelques fluctuations (indicateur 4).
  • La moitié des jeunes qui reprennent une formation, le font dans les 15 mois après l’avoir interrompue (indicateur 5).
  • Parmi ceux qui ont repris une formation après CAP Formations, 80% se maintiennent en formation l’année suivante. Ce taux est assez stable sur 3 ans, mais avec un léger tassement (indicateur 6).

Actualisation des Repères et indicateurs statistiques (RIS)

Le SRED vient d’actualiser quatre thèmes des Repères et indicateurs statistiques (RIS).

Retrouvez sur notre site Internet les quatre fiches synthétiques, accompagnées de classeurs Excel (tableaux et graphiques) pouvant être téléchargés.

  • B3. Élèves de l’enseignement spécialisé public et subventionné
  • D1. Transitions dans l’enseignement primaire public
  • D4. Transitions vers l’enseignement secondaire II
  • D5. Transitions à l’intérieur de l’enseignement secondaire II

Le premier thème (B3. Élèves de l’enseignement spécialisé public et subventionné) montre qu’au 31 décembre 2018, l’enseignement spécialisé public et subventionné accueillait 1’871 élèves ce qui, rapporté à la population résidente de 4 à 20 ans, représente un taux de placement de 2,1%. Les effectifs ont augmenté de 120 élèves depuis 2010, soit +7%. Toutefois, l’évolution des effectifs varie fortement selon le type de structures. En comparaison de l’enseignement régulier, l’enseignement spécialisé accueille proportionnellement davantage de garçons, d’élèves de nationalité étrangère, allophones et de milieu social modeste ou défavorisé. L’intégration des jeunes à besoins éducatifs particuliers ou handicapés au sein de l’enseignement régulier est l’une des priorités du DIP et diverses formes d’intégration et d’inclusion se sont développées depuis 2010.

Le deuxième thème (D1. Transitions dans l’enseignement primaire public) indique qu’en 2018, près de 8 élèves sur dix avaient traversé les années d’école primaire sans incident ou changement de parcours ; c’était le cas de 7 élèves sur dix en 2005. Pour chaque année de scolarité, de la 1P à 8P, 94% à 97% des élèves sont promus dans le degré supérieur. Le redoublement intervient principalement en 3P et 4P, période des apprentissages fondamentaux et de l’entrée dans le langage écrit. Il touche davantage les enfants de milieu modeste ou défavorisé (7% contre 1% des enfants de cadres supérieurs) tout comme l’orientation vers l’enseignement spécialisé (5% contre 0,5%).

En fin de 8P, 16% des élèves de milieu modeste ou défavorisé ont au moins une année de retard contre 5% des enfants de cadres supérieurs.

Le troisième thème (D4. Transitions vers l’enseignement secondaire II) montre qu’en 2018, après le cycle d’orientation (CO), 44% des élèves se sont dirigés vers le Collège, 15% vers une formation professionnelle en école à plein temps et 14% vers l’École de culture générale (ECG). Environ 17% des jeunes ne parviennent pas à entrer directement dans une filière certifiante et doivent passer par une structure d’accueil ou une formation pré-qualifiante. Les garçons sont moins nombreux à entrer au Collège (41% contre 53% des filles) et choisissent plus fréquemment la formation professionnelle (28% contre 11%). Seuls 28% des élèves de milieu modeste vont au Collège contre 76% des jeunes des milieux favorisés. En 2018, les formations pré-qualifiantes sont l’orientation de près de 30% des élèves de milieu modeste à la sortie du CO.

Le quatrième thème (D5. Transitions à l’intérieur de l’enseignement secondaire II) met en évidence le fait que la filière gymnasiale certifie seulement le tiers d’une cohorte sortant du cycle d’orientation (CO), alors qu’elle est choisie par près de la moitié des jeunes à la fin de la scolarité obligatoire.  Des réorientations, marquées socialement, s’opèrent principalement durant les deux premières années du Collège et majoritairement vers l’École de culture générale (ECG) ou le Centre de formation professionnelle Commerce. Près de la moitié des titulaires d’un certificat de l’ECG ou de la maturité spécialisée sont ainsi passés par le Collège. Par ailleurs, trois titulaires sur dix d’un CFC dual ont connu un passage par l’ECG durant leur parcours de formation.

L’ensemble de ces informations (analyses synthétiques et données Excel à télécharger) est disponible à cette adresse :

https://www.ge.ch/dossier/analyser-education/reperes-indicateurs-statistiques.

Pour toute information, vous pouvez contacter le SRED par courriel sred@etat.ge.ch ou au 022 546 71 00.

Ce contenu a été publié dans Membre Reliance, Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code